Conseils et FAQ

Concernant le mixage

  1. Vérifiez scrupuleusement sur votre mixe la présence de clics, pops, sibilances (consonnes sifflantes telles que «s» ou «ch»), et bruits diverses.Toutes ces choses sont plus faciles à régler au moment du mixage sur les éléments séparés qu’au moment du mastering !
  2. N’utilisez pas de traitement dynamique «violent» sur votre bus master (ex : Loudness Maximizer, Waves L2, Compresseurs multibande, etc.). Néanmoins, vous pouvez nous  fournir une version traitée par vos soins pour référence.
  3. Merci de ne pas utiliser de dithering (vérifiez les paramètres dans les préférences de vos logiciels/plugins). Le dithering s’applique à la fin de la chaîne de mastering. L’appliquer plusieurs fois détériore le rapport signal/bruit pour rien.
  4. Gérez votre niveau de sortie ! Merci de faire en sorte que les crêtes ne dépassent pas -1dBFS. Ne normalisez pas vos fichiers. Idéalement, n’utilisez pas de limiteur en sortie pour obtenir ce résultat mais baissez votre niveau général (voir point 2).
  5. C’est toujours une bonne idée de fournir 2 mixages supplémentaires en cas de musique chantée : une version «vocal up» (+1dB sur le chant) et une version «vocal down» (-1dB sur le chant). Nous prendrons le mixage de base pour référence.
    Une autre option est de fournir séparément la piste voix («a capella») et la piste l’instrumentale. Le stem «a capella» doit bien évidemment contenir les effets et automations de volume. Le plus simple est de faire un premier bounce avec la piste voix en solo (ainsi que ses bus d’effets) puis un second bounce avec la piste voix en mute.
    Attention, en cas de compresseur ou limiteur sur le bus master, le mixage de l’a capella et de l’instrumental risquent de sonner différemment du mixage global !).
  6. Mastering par stem : Il est possible d’aller plus loin en fournissant plusieurs sous-groupes mixés (appelés ‘stems’). Par exemple un stem basse/batterie, un stem voix et un stem guitares et un stem avec tout le reste de l’arrangement. La somme des stems doit toujours être identique au mixage stéréo.
    Attention néanmoins à ce que la session de mastering ne se transforme pas en session de mixage, le but des stems étant simplement de corriger là où c’est utile !

Concernant les fichiers audio

  1.  Concernant la résolution, travaillez en 24 ou 32bits (évitez le 16 bit, nous sommes au 21ème siècle !). Idéalement, si le mixage est logiciel (« in the box »), utilisez la fréquence d’échantillonnage du format de destination : 44.1kHz pour les CD, 48kHz pour la vidéo (et leur multiples supérieurs respectifs). Néanmoins, si vos projets ont été enregistrés à une autre  fréquence, ne changez rien, convertir la fréquence de chaque piste séparée ferait plus de dégâts qu’une seule conversion au moment du mastering.
  2. Pensez à laisser quelques secondes de silence avant et après chaque morceau et si possible ne faites pas les fondus au silence (fade-in et fade-out) vous même car les traitements dynamiques du mastering vont les modifier. Fournissez éventuellement une version avec fades pour référence, ainsi que des indications précises sur les fades (point de début/fin et type de courbe).
  3. Si possible, nommez vos fichiers INDEX_TITRE_VERSION.xxx où INDEX est le numéro de piste, TITRE est le titre du morceau , VERSION est la version (mix, a capella, instru, vocal-up, etc.) et  xxx est le format (wav/aiff/etc).
    exemple : 01_auclairdelalune_vocup.wav ou 03_monamipierrot_mix.aif

Concernant le déroulement de la séance de mastering

  1.  Si vous souhaitez assister à la séance, amenez un ou deux CD de référence. En effet, le système de monitoring et l’acoustique du studio peuvent vous dérouter, avoir un CD que vous connaissez très bien pourra vous aider à «calibrer vos oreilles» afin que nous parlions de la même chose.
  2. Pour éviter de perdre du temps à cause d’un support défectueux, pensez à avoir les fichiers en double sur deux supports distincts (ex: dvd + disque dur, dvd+serveur internet, etc.). Idéalement, envoyez-les moi quelques jours avant afin que j’aies le temps de les écouter et de m’assurer qu’il n’y a pas de soucis.
  3. Pour le jour du mastering, préparez les codes ISRC et EAN (code barre) ainsi que l’ordre des morceaux et leurs titres définitifs.

A combien de séances de retouches ai-je droit ?

Au plus 3 séances de retouche sont comprises dans le prix du mastering (3 versions par titre en plus du master de base). C’est en principe largement suffisant. Au delà, les séances de retouche supplémentaires donneront éventuellement lieu à un devis.

A quoi sert le format DDP et sous quelle forme vais-je recevoir le master ?

Il y a essentiellement deux manières de fournir un support master à l’usine de pressage/réplication. Le premier est le CD gravé, le second est le support DDP.

Le soucis avec le CD gravé est que l’usine devra procéder à une extraction des données audio afin de créer le glassmaster. Or, les extraction audio ne sont pas fiables à 100%. Sans entrer dans les détails, la norme redbook qui régit les CDs AUDIO n’est pas aussi redondante que la norme CDROM. Il suffit d’une rayure, d’une poussière ou d’une défaillance du lecteur ou du support pour que la copie exacte soit compromise.

L’image DDP est une image logique (sous forme de fichier) du CD AUDIO. Elle est transmise sur le serveur de l’usine de pressage avec des sommes de contrôle qui assurent son intégrité. De plus, l’image DDP est le seul moyen d’être assuré que les durées inter-titre, les codes ISRC  et les données CDTEXT sont conservées.

Si vous choisissez l’option DDP, vous recevrez par mail un lien pour télécharger le master DDP avec un lecteur DDP compatible Mac et PC qui vous permettra de lire le master, de graver un CD d’écoute et d’extraire les fichiers WAV.

DDPplayer

Si vous choisissez de ne pas utiliser le format DDP (par exemple pour une exploitation web ou video, vous recevrez un lien pour télécharger une archive contenant les fichiers WAV. Dans ce cas, nous ne nous occupons pas du montage du CD ni du suivi avec l’usine de pressage/réplication.

Combien de temps dure une séance de mastering ?

De manière générale, il faut compter une (grosse) journée pour un LP (10-12 titres) et une demi-journée pour un EP (4-5 titres). Ensuite, il y a les séances de retouche. Puis enfin l’envoi sur les serveur de l’usine de pressage. Entre le moment où nous recevons les fichiers et le moment où ils peuvent être envoyés à l’usine de pressage, il faut compter entre 3 jours et une semaine, parfois 10 jours, mais rarement plus !

Quel format acceptez vous ?

Formats de fichiers : à peu près tous les formats sans perte (wav /.aif / .aiff / …)
Fréquence d’échantillonnage : 44.1 / 48 / 88.2 / 176.4 / 192 kHz
Résolutions : 16 / 24 / 32 / 32 bits flottants

Nous recommandons d’opter pour une résolution de 24 bits ou 32 bits flottants. Concernant la fréquence d’échantillonnage, gardez celle de votre projet ! L’usage est de prendre pour les projets audio un fréquence de 44,1 ou ses multiples supérieurs (88,2 / 176,4 kHz). Les fréquences d’échantillonnages de 48 / 96 / 192 kHz sont un format développé pour l’audiovisuel. Ne faites pas de conversions inutiles, les logiciels de conversion de fréquence ne sont pas tous équivalents.

Merci également de ne pas appliquer de dithering sur vos mixage.

Pourquoi le fait de ne pas assister à la séance réduit le prix ?

Le mastering en ligne permet beaucoup plus de souplesse dans les horaires de travail. De plus, l’ingénieur mastering travail plus vite seul, car il n’a pas à expliquer les particularités du systèmes d’écoute ou des choix de traitements. Nous répercutons ce gain de temps sur le tarif. Dans le cas du mastering en ligne, nous communiquons évidemment par mail et par téléphone !

Nous vous accueillons néanmoins avec plaisir si vous souhaitez assister à la séance !

Quels sont les délais ?

Ils dépendent de notre planning. Merci de prendre contact avec nous. Les demandes sont généralement traitées sous 7 jours, sauf période très chargée.

Quelles sont les conditions de paiement ?


Vous recevrez une facture un fois le travail effectué, payable à réception. Nous demandons généralement un acompte de 25% à la commande. Contactez nous pour d’éventuelles facilité de paiement.

Comment nous envoyer les fichiers ?

Pour nous envoyer vos fichiers (qui sont a priori trop gros pour passer en pièce jointe par mail), deux solutions sont possibles :

  1. Vous pouvez utiliser un service d’envoi de gros fichiers (wetransfer.com, hightail.com, etc.) en précisant notre adresse comme destinataire : studio@littlebigmusic.eu. Nous vous encourageons à utiliser notre page wetransfer (https://littlebigmusic.wetransfer.com)  qui vous permettra d’envoyer jusqu’à 20 Go de fichiers.
  2. Vous pouvez stocker les fichiers sur vos propres serveurs ftp puis nous donner l’adresse pour y accéder